PROJETS DE RECHERCHE

La problématique de la traite de personnes est complexe et souvent clandestine.

 

C’est pour cette raison que le Phare des AffranchiEs et le Cégep de Saint-Jérôme ont travaillé en collaboration afin de réaliser une recherche auprès des intervenants susceptibles d’être en contact avec des victimes de traite dans les Laurentides, qui a été complétée en décembre 2020, et une recherche auprès des victimes ou survivantes d’une situation d’exploitation dans les Laurentides et ses environs présentement en cours.

PROJET EN COURS : RECHERCHE SUR L'EXPLOITATION

Exploitation sexuelle, à des fins de travail, servitude domestique ou mendicité forcée 

Objectifs de la recherche :  

Cette recherche vise à explorer les réalités des personnes victimes ou survivantes d’une situation d’exploitation pour mieux comprendre leur expérience et le chemin parcouru.  

Cette recherche servira à : 

  • Mieux comprendre l’expérience des victimes ou des survivant(e)s d’exploitation; 

  • Explorer les services d’aide offerts et manquants; 

  • Mieux comprendre les éléments liés à la situation d’exploitation et au processus de sortie; 

  • Identifier des pistes de recommandations pour améliorer l’aide aux personnes victimes ou survivant(e)s. 

Fonctionnement (durée, lieu) : 

La rencontre individuelle sera d’environ 1h30 avec une membre de l’équipe de recherche. Il est possible de faire la rencontre en personne, par vidéoconférence (application Teams) ou par téléphone.  

Les frais liés à votre participation à l'étude seront remboursés.
 

Cliquez ici pour voir l'affiche publicitaire  |  Cliquez ici pour voir la brochure

POUR PARTICIPER

Vous devez vivre ou avoir vécu une situation d’exploitation et avoir 18 ans ou plus. Il est possible de nous contacter soit par courriel au recherche.traite@cstj.qc.ca ou par téléphone au 450-990-9595.  

Avantages et retombées :

La participation à cette recherche permettra d’élargir les connaissances actuelles et de bonifier les services offerts aux victimes et survivants de la traite. Cela permettra également aux participants de s’exprimer sur leur expérience de vie. Globalement, ce projet permettra d’amorcer le développement de programmes d’intervention, de prévention, de sensibilisation et d’éducation adaptés aux réalités spécifiques de cette clientèle.

Éthique :

Toutes les personnes participantes à la recherche auront à signifier verbalement leur consentement. Ce formulaire sera présenté avant de débuter l’entretien individuel et contiendra l'ensemble des informations essentielles pour établir un consentement libre et éclairé.

Ce projet a été approuvé par le Comité d’éthique de la recherche du Cégep d'Edouard-Montpetit (Projet no CÉR-CÉM-2020-05) et le Comité d’éthique de la recherche du Centre intégré de santé et de services sociaux des Laurentides (Projet no 2020-379-É).

LA TRAITE DE PERSONNES EXISTE AUSSI DANS LES LAURENTIDES 

 

Objectifs de la recherche:

L'objectif général est de documenter la réalité de la traite de personnes dans la grande région des Laurentides à partir du point de vue des personnes interrogées travaillant au sein d’organisations susceptibles d’être en contact avec les victimes de traite.

Cette recherche a servi à :

  • Déterminer le niveau de connaissance des milieux; 

  • Établir le profil des victimes; 

  • Déterminer les besoins des victimes d’un point de vue des intervenants; 

  • Faire l'inventaire des services offerts et manquants;

  • Cibler des pistes de solution pour mieux répondre aux besoins des intervenants et des victimes.

Cliquez ici pour voir le communiqué de presse.Cliquez ici pour lire la fiche synthèse | Rapport de la recherche

Terminologie liée à la notion d’exploitation pour la recherche 

Traite de personnes : Désigne « le recrutement, le transport, le transfert, l’hébergement ou l’accueil de personnes, par la menace de recours ou le recours à la force ou à d’autres formes de contrainte, par enlèvement, fraude, tromperie, abus d’autorité ou d’une situation de vulnérabilité […] d’une personne ayant autorité sur une autre aux fins d’exploitation. » (Nations Unies, 2000). 

Exploitation sexuelle : « L’exploitation sexuelle implique généralement une situation, un contexte ou une relation où un individu profite de l’état de vulnérabilité ou de dépendance d’une personne, ou de l’existence d’une inégalité des rapports de force, dans le but d’utiliser le corps de cette personne à des fins d’ordre sexuel, en vue d’en tirer un avantage. »  (Secrétariat à la condition féminine, 2016). 

Exploitation à des fins de travail : Désigne tout travail ou service, dans le secteur public ou privé, exigé d'un individu sous la menace d'une répercussion directe ou indirecte comme la violence physique, les menaces psychologiques ou le non-paiement du salaire. Les contraintes peuvent également consister en la perte de droits ou de privilèges comme les promotions, les mutations ou encore l’accès à un nouvel emploi (OIT, 2016). 

Servitude domestique : « La personne exploitée est sous l’emprise du foyer qui l’exploite, ses libertés sont réduites et ses conditions de vie sont bien souvent contraires à la dignité humaine. » (OIT, s.d.). Celle-ci s’apparente à l’exploitation à des fins de travail, mais a pour particularité d’être exercée dans un foyer. 

Mendicité forcée : Désigne l’obligation pour une personne de pratiquer la mendicité sous la contrainte d’un exploiteur qui en tire profit. La mendicité peut prendre plusieurs formes, comme demander de l’argent à un étranger prétextant être pauvre ou pour des raisons de santé, offrir des performances artistiques ou récupérer des matériaux recyclables (European Commission, 2012; National Agency against Trafficking in persons, 2009). 

Cette recherche a bénéficié d’une subvention du Programme d’aide à la recherche et au transfert -volet Innovation sociale (PART-IS) du ministère de l’Éducation et du ministère de l’Enseignement supérieur du Québec et du soutien financier du Cégep de Saint-Jérôme. Le Phare des AffranchiEs a reçu une aide financière dans le cadre du Fonds d’appui au rayonnement des régions du ministère des Affaires municipales et de l’Habitation.