© 2019 Le Phare des Affranchi(e)s

  • Facebook App Icon
  • Twitter App Icon

C.P. 51008, Place Citation, St-Jérôme

J5L 2R1 

450-990-9595

* Version de base non mise à jour/ Basic version without updates

Noticias

Traite de personnes : mesures à l'international

(Los documentos están disponibles únicamente en Francés.)

Par Alexie Côté

L’Arrangement international en vue d’assurer une protection efficace contre le trafic

criminel connu sous le nom de traite des blanches en 1904 fut le premier instrument

international ayant comme objectif la lutte contre la traite de personnes. Contenant

principalement des mesures de prévention et de protection des victimes, on assista par la suite à l’adoption de la Convention internationale pour la répression de la traite des femmes et des enfants en 1921 qui visa également la protection des enfants en général. C’est en 1926 qu’on assiste à la l’abolition juridique de l’esclavage par l’adoption de la Convention relative à l’abolition de l’esclavage de tout être humain. Toutefois, cette dernière ne donnant qu’une pauvre définition de l’esclavage, c’est plutôt la Convention supplémentaire de 1956 qui, en offrant une définition plus large, aura pour un réel effet d’abolir l’esclavage.

 

Or, ces derniers documents ne visant toujours que certaines formes obsolètes d’esclavage, la traite de personnes demeure un problème mondial. 

...

Leer más

 

La traite des femmes : causes et conséquences

(Los documentos están disponibles únicamente en Francés.)

 

Par Alexie Côté

Bon nombre de personnes croient que l’abolition juridique de l’esclavage a eu pour effet de faire disparaître ce phénomène d’exploitation[1]. Ils ont tort, l’esclavage moderne est à nos portes, plus que jamais auparavant.

 

« Fille d'une mère policière, Timea Nagy est née à Budapest, en Hongrie. À 20 ans, Timea travaille en tant que productrice et réalisatrice vidéo dans son pays. À cours d'argent, elle répond à une annonce pour venir travailler au Canada comme aide ménagère ou bonne d'enfants. Dans les faits, à son arrivée, elle a été kidnappée, forcée de vivre dans des conditions effroyables et de travailler comme strip-teaseuse et dans des studios de massage. Elle a été exploitée dans le commerce du sexe de la région de Toronto pendant 10 ans avant de réussir à s'échapper. »[2]

 

Cette histoire vraie, tout aussi effroyable qu’elle semble, est la réalité de beaucoup trop de femmes et de filles encore aujourd’hui. On estime que 800 000 individus sont victimes de la traite de personnes à chaque année, dont 49 % sont des femmes et 21 % des fillettes[3]. De surcroit, cette exploitation génèrerait près de 32 milliards de dollars US en profit aux trafiquants et aux exploitants de la traite[4]. Victimes de la traite de personnes, ces trop nombreuses femmes sont constamment déshumanisées et leurs droits fondamentaux systématiquement violés. Il est donc impératif d’agir; la communauté internationale se doit de mettre en place des lois, politiques et mesures en vue de faire cesser cette exploitation barbare.

 

Il conviendra donc d’analyser l’envergure de la traite en soulevant les violences subies par les victimes, leurs conséquences ainsi que les causes de la traite. Il est à noter que la traite de personne touche aussi les enfants et les hommes, toutefois seulement les conditions des femmes et fillettes victimes de la traite aux fins d’exploitation sexuelle seront traitées. En effet, cette délimitation est faite considérant que les femmes sont les principales victimes et que 53 % des victimes de la traite le sont à des fins d’exploitation sexuelle[5]. Il n’est toutefois pas nié que plusieurs des faits et constatations rapportés s’appliquent aussi à l’ensemble des victimes de la traite.

....

Leer más

Les articles publiés dans l'infolettre sont rédigés par des bénévoles. Les propos qui y sont exprimés n'engagent que leurs auteurs.